Pour des interviews à taille humaine

Pour ses interviews, Le Miradole adoptera une formule express. La preuve par l’exemple. Il répond vite fait à ses propres questions…

LEMIRADOLE.- Vous allez proposer des interviews. Mais vous savez très bien que personne ne les lit?

LEMIRADOLE.- C’est vrai. Moi-même, j’ai tendance à les parcourir à l’envers. Les dernières réponses d’abord et puis si ça m’intéresse, je pioche à droite et à gauche. Du coup, j’ai un peu l’impression que les gens racontent des choses très décousues comme dans la vraie vie. Sinon quand on lit les interviews dans l’ordre, les gens parlent comme des livres. Et c’est mortellement chiant.

LEMIRADOLE.- C’est pourtant leur rendre service et parfois justice que de bidouiller un peu, d’arranger tout ça, non?

LEMIRADOLE.- Si on veut mais on perd le spontané, et peut-être bien l’essentiel. Ce qui est intéressant, c’est ce qui se dit, non pas en off, il faut être réglo, mais disons, en marge de ce qu’on attend. Avec le côté un peu brouillon du direct.

LEMIRADOLE.- Mais les gens n’aiment pas se lire comme ils parlent.

LEMIRADOLE.- Ils n’ont qu’à écrire des communiqués. Les stars font ça très bien. Elles ont des attachés de presse et tout ça finit bien lissé, sans aspérité ni intérêt. Pour les communiqués, le Miradole ouvre la rubrique « humeurs » à tous, à condition de savoir se tenir, de savoir écrire et d’être bref.

LEMIRADOLE.- Vous proposez donc des interviews plus authentiques.

LEMIRADOLE.- Exactement, plus authentiques et plus courtes.

LEMIRADOLE.- D’genre?

LEMIRADOLE.- Non, vraiment plus courtes ! D’ailleurs, faut qu’j’y aille !