Dollywood. Silence ! On cause…

Le court-métrage de Maël Engel, « Les Mains », a donné lieu à un échange d’idées intéressant sur le mur du réalisateur. Deux de ses camarades de Dollywood ont émis des réserves notamment sur le traitement du thème de l’homophobie. C’est franc de leur part, courageux et la preuve que ce sont de bons collègues. Ça nous change des émoticones sans discernement ou des bordées de saloperies. Et la qualité des critiques vraiment fouillées même si elles sont plutôt négatives montre qu’ils ont, malgré tout, pris le travail du réalisateur très au sérieux. C’est d’ailleurs par le sérieux que celui-ci pèche le plus et l’ambition même du film prête le flanc à la critique. L’aficionado de Tarentino a tout à fait raison sur ce point: l’homophobie et l’intolérance sont des sujets qui méritent un traitement en finesse pour ne pas enfoncer des portes ouvertes. Reste qu’au Miradole, on a regardé l’ensemble sans déplaisir mais aussi sans grande surprise, si ce n’est celle de voir disparaitre le présentoir à photos de mariage dans la deuxième scène tournée dans la cuisine et de voir réapparaitre un scooter qu’on nous a volé depuis. Bravo tout de même ! Cinecittà ne s’est pas construite en un jour !

scoot