Les zombies sont des has been !

Samedi 29 octobre, il faudra avoir le coeur accroché pour faire ses courses. Pour Halloween, Dany Barral va lâcher sa horde de monstres sur le centre-ville. Ce garçon sympathique et aimable est un spécialiste de l’horreur et de l’épouvante. Micro !

LE MIRADOLE.- Vous avez grandi mais vous êtes toujours à fond dans l’épouvante?

DANY BARRAL.- Oui, c’est ça.

LE MIRADOLE.- Cette année, quels sont les films qui  vous ont marqué?

DANY BARRAL.- On a fait une soirée spéciale Dans le Noir au cinéma. Et c’est un film que j’avais déjà bien aimé. American Nightmare 3 ne m’a pas forcément beaucoup plu mais les masques sont sympas. On a donc repris cette thématique pour Halloween. Il y a aussi The Boy, encore un film américain.

LE MIRADOLE.- Est-ce que justement il y aurait un film qui ne serait pas américain?

DANY BARRAL.- J’ai découvert Night Fare, un film français mais je ne suis pas très fan. Il faut dire que les films d’horreur français, ça ne va pas très loin. Il y en a deux ou trois qui sont sortis et qui ont fait le buzz. Horse head, je crois, un truc avec une tête de cheval mais c’est quand même très perché.

LE MIRADOLE.- A quoi est-ce dû qu’il n’y a pas de film d’horreur français? Il faut beaucoup d’argent?

DANY BARRAL.- Non, il faut surtout beaucoup d’idées. En France, on se coltine souvent les mêmes films que ce soit en comique ou en dramatique. C’est toujours un peu le même schéma et ce n’est jamais super poussé. Il n’y en a que deux ou trois qui ressortent, genre Intouchables, La Rafle. Mais en France, on aime bien se coltiner les traditions. Et c’est sans doute pour cela qu’il y a très peu de films d’horreur qui sortent. Après, je ne suis pas trop films art et essai.

8

LE MIRADOLE.- Sur l’affiche de Halloween à Dole, on voit l’Oncle Sam avec un fusil mitrailleur. Ça vient d’où?

DANY BARRAL.- D’American Nightmare, justement. Dans le troisième opus de la trilogie, des touristes viennent aux Etats-Unis pour avoir le droit de tuer des gens. Le film dénonce pas mal de choses. On voit notamment des tueurs avec le masque de présidents américains.

LE MIRADOLE.- Ça prend un aspect politique alors?

DANY BARRAL.- Dans le troisième volet, une sénatrice veut arrêter cette fameuse purge, la nuit où on a le droit de tuer les gens. Et elle se fait attaquer par le gouvernement conservateur qui envoie des troupes pour la tuer.

LE MIRADOLE.- Vous reprenez le thème du vaudou, place aux Fleurs. C’est indémodable le vaudou?

DANY BARRAL.- C’est à l’origine de tous ce qui est zombie. Il y aura des mages avec de grandes toges et des masques en formes de crânes d’animaux, des sorciers qui vont faire essayer les poupées vaudous aux gens, et aussi une secte satanique.

LE MIRADOLE.- Mais pas de zombies?

DANY BARRAL.- Non, pas de zombies.

LE MIRADOLE.- Pourquoi?

DANY BARRAL.- Je crois que j’ai un problème avec les zombies.

LE MIRADOLE.- Ils vous font peur?

DANY BARRAL.-  Non, c’est juste que c’est vu et revu. Il y a des zombie walks un peu partout, en France, à l’étranger, même à Dijon. Je n’ai pas envie de taper là-dedans. J’aime bien faire des trucs nouveaux

zw0kd

LE MIRADOLE.- Votre avertissement: déconseillé aux moins de 12 ans, c’est sérieux?

DANY BARRAL.- Le parcours aux Tanneurs ne se déroule pas comme d’habitude dans des lieux publics. On avait moyen de faire sortir les gens facilement. Cette année, le parcours est vraiment scénarisé et théâtralisé. Les comédiens ont des textes, il y a des parties musicales et des éclairages. Et il n’y a qu’une porte d’entrée et une porte de sortie. Et on ne peut pas faire sortir les gens à tout moment. Ils seront à un moment seuls et enfermés dans une pièce. Pour les enfants et les gens qui paniquent facilement, il vaut mieux qu’on évite les problèmes.

LE MIRADOLE.- Et le dernier Blair Witch qui sera projeté au cours de la soirée du 29?

DANY BARRAL.- Je n’ai pas eu la chance de le voir. Mais comme je suis sensible à tout ce qui est dans la forêt, il y a moyen que j’aime bien.

LE MIRADOLE.- L’arrière hanté d’un cinéma ne vous donne donc pas spécialement la chair de poule?

DANY BARRAL.- Non, ça ne me dérange pas. Ce qui m’effraie, c’est plutôt tout ce qui se passe dans la forêt et les aliens.

LE MIRADOLE.- C’est tout même marrant…

DANY BARRAL.- Et oui, à chacun ses trips.

LE MIRADOLE.- Mais les aliens, c’est inoffensif?

DANY BARRAL.- En fait, j’ai découvert deux films sur le sujet qui ne sortiront sans doute pas en France. Et je me suis dit en les voyant: si ça nous arrive, qu’est-ce qu’on fait?

LE MIRADOLE.- Et les titres?

DANY BARRAL.- Le plus effrayant des deux s’intitulent Alien Abduction. Une famille de retour de vacances est attaquée par des silhouettes vraiment effrayantes et ça, ce sont des trucs qui me font peur.

LE MIRADOLE.- Vous avez eu brillamment votre BTS tourisme. Maintenant  professionnellement, c’est l’horreur?

DANY BARRAL.- Je fais des missions pour Distorsions, une entreprise à Besançon qui fait de l’évènementiel insolite. D’ailleurs, je reviens d’un séminaire qui s’est déroulé avec des zombies et des monstres dans le genre.

Halloween à Dole , centre-ville de Dole, samedi 29 octobre à partir de 14 heures. Au cinéma Les Tanneurs à partir de 19h00. Blair Witch à 21h30. Renseignements et réservation: 07 81 76 57 89.

programme-fb