Dominique Sosolic lic lic

A l’inauguration du deuxième salon antiquités-brocante dont il était l’invité d’honneur, Dominique Sosolic a osé une très belle analogie: « La gravure est à la peinture ce que la poésie est à la littérature : incompressible ». Et on a pu à cette occasion revoir quelques merveilles de cet artiste qui se fait trop rare mais qui nous réserve une belle surprise pour 2017. En attendant, voici de quoi patienter un peu. Pour le numéro 256 des Nouvelles de l’Estampe, Maxime Préaud, conservateur honoraire au département des Estampes de la BNF, s’est imprégné de l’atmosphère hors du temps de l’atelier du graveur de la rue Pasteur au printemps 2016. Il en a tiré un texte de 10 pages, accompagné de quelques photos, intitulé : L’atelier de Dominique Sosolic à Dole, ou le burin philosophe. Quelques exemplaires sont disponibles à la vente à l’atelier même(20€) ou par correspondance sur le site internet de la revue. Contact mail: paris.sosolic@wanadoo.fr