Olympe de Gouges de la tribune à l’échafaud

A une époque où il ne faisait pas bon la ramener, Olympe de Gouges s’est pourtant faite la championne des femmes, des esclaves et des indigents, sans oublier de militer contre la peine de mort et pour le droit au divorce. « Le sang, même des coupables, versé avec cruauté et profusion, souille éternellement les révolutions », écrira-t-elle pour dénoncer les massacres de septembre avant d’accuser Robespierre de flirter avec la dictature. Des prises de positions qui lui ont valu la guillotine en 1793. Sous la forme d’un monologue, la pièce, écrite et interprétée par Victoire Crispel retrace ses derniers instants dans sa prison où la femme de lettres prend une dernière fois la plume pour laisser à son fils son testament philosophique encore éclairé par l’esprit des Lumières, pas le fils qui renia sa mère par prudence, mais le testament qui ne manque ni d’audace ni d’idées.

Les Amis de La Clairière de Chaux vous proposent cette soirée entre théâtre et philosophie à l’hôtel de La Vieille Loye, Vendredi 18 novembre 20h30. Entrée libre  (chapeau à la fin du spectacle). Bar ouvert à 20h00.