Une Sainte-Cécile allegretto !

Le Miradole adresse ses sincères félicitations à tous les musiciens du concert de la Sainte-Cécile. Sans second degré mal placé sans ironie aucune. Et la stagiaire de la rédaction s’est littéralement régalée. Comme l’a rappelé Laurent Blanchard, un grand merci à Jean-Pierre Boutte qui a amené l’Orchestre d’Harmonie au niveau qu’il a actuellement. Au pupitre, David Partouche le remplaçait en complet noir et il a réussi à galvaniser ses troupes en peu de temps avec un programme qui est parti de l’héroïsme beethovenien pour s’épanouir dans la chaleur des rythmes latinos que ce chef d’orchestre affectionne. Au passage, un détour par Carmina Burana dont nous découvrions les arrangements par Jay Bocook: l’introduction du vibraphone est une vraie réussite. Prestation toute aussi impeccable de l’Harmonie de Chambre. Laurent Blanchard au sac ténor magistral dans Oblivion de Piazzola. Un Hymne à Jupiter de Gustav Holst que nous écoutons en écrivant ces lignes. Un petit clin d’oeil pour finir à la Musique Municipale dont on retiendra surtout l’interprétation du générique de Miami Vice et du Muppet Show qui nous change un peu du sempiternel medley made in Moscou. En résumé, une Commanderie bien remplie et franchement contente. L’adjoint à la culture nous a annoncé qu’un hommage officiel serait rendu dans l’année à Jean-Pierre Boutte qui se porte bien puisqu’il assistait au concert.

dscn7397-1