Sur la route du Little Town Festival

The Impressive Burricos De La Playa font partie du casting de la version 2017 du Little Town Festival. 2500 personnes pour la première l’an passé et une belle scène pour ce combo bisontins-dolois funky. Le Miradole était sur les talons d’Achille Gabry, le batteur du combo, entre deux concerts et une caisse claire. Micro!

LE MIRADOLE.- Rappelez-moi le nom du groupe?

ACHILLE GABRY.-The Impressive Burricos De La Playa.

LE MIRADOLE.- D’où vient ce nom pour le moins invraisemblable?

ACHILLE GABRY.- Au tout début, quand les membres du groupe, et je n’en faisais pas encore partie, étaient encore au lycée, ils ont demandé à un pote qui n’est pas dans le groupe. Il leur a sorti ça d’un coup et c’est resté.

LE MIRADOLE.- Ça date de quand?

ACHILLE GABRY.- Quasiment dix ans…

LE MIRADOLE.- Vous intégrez le groupe quand du coup?

ACHILLE GABRY.- Il y a deux ou trois ans. Le batteur qui était avant moi dans le groupe, c’était Lucas Dorier qui est parti sur Dijon, puis sur Paris. Du coup, ça s’était un peu arrêté. Moi, je connaissais le groupe avec Lucas. J’aimais déjà beaucoup leur musique. Il y a eu un an de pause, je crois, et puis, ils ont voulu reprendre, et comme certains dans le groupe me connaissais, on a essayé et puis voilà! Ça l’ a fait!

LE MIRADOLE.- Au niveau musique, c’est du funk festif?

ACHILLE GABRY.- Ouais, carrément ! On aimerait resté dans un truc plutôt funk, et pas trop rock justement. On avait un morceau qui était trop rock et on l’a enlevé du set pour l’instant pour le retravailler pour garder juste le côté funk

LE MIRADOLE.- Ça se traduit par la présence des cuivres…

ACHILLE GABRY.- Entre autres…Mais c’est aussi des rythmes plutôt entrainants.

LE MIRADOLE.- C’est plutôt dansant?

ACHILLE GABRY.- Ah oui, carrément dynamique.

LE MIRADOLE.- Y a un chanteur?

ACHILLE GABRY.- Oui, c’est le bassiste.

LE MIRADOLE.- A propos des paroles, qui dit funk dit sexe, non?

ACHILLE GABRY.- Euh…

LE MIRADOLE.- Il chante en anglais?

ACHILLE GABRY.- Oui et en français aussi.

LE MIRADOLE.- Mais quand je pense au funk, je pense à Prince ou à Marvin Gaye et ça parle de cul, non?

ACHILLE GABRY.- Oui mais y a d’autres thèmes qui sont abordés dans le funk. Je pense à Maceo Parker où il y a des textes farfelus parfois, où ça délire un peu. Du coup, nous, c’est un peu ça. Je suis pas sûr qu’on ait des textes qui parlent trop de cul.

LE MIRADOLE.- Le Little Town festival, c’est une grosse date pour vous?

ACHILLE GABRY.- Oui, on prépare ça avec des répèt’ et un peu de rigueur pour être à la hauteur.

LE MIRADOLE.- J’ai vu un post sur FB où JS Fournier vous accuse de ne pas jouer ensemble, rien qu’en regardant la photo…

ACHILLE GABRY.- Il est jaloux…

LE MIRADOLE.- Et donc vous serez six sur scène…

ACHILLE GABRY.- A priori oui…

LE MIRADOLE.- A priori?

ACHILLE GABRY.- On est six au minimum et puis des fois, il y en a qui viennent se rajouter, des qui ont toujours été là mais qui ne sont pas là tout le temps. C’est un groupe de potes à la base et il y en a qui font ça un peu plus sérieusement que d’autres, on va dire…

LE MIRADOLE.- Votre répertoire se chiffre par dizaines de milliers de titres? Un peu moins? Vous allez tenir une heure ou plus? Vous comptez improviser?

ACHILLE GABRY.- Ouais, ouais, il y a des parties qu’on fait durer. On n’a pas tant de morceaux que ça, en fait. On en a encore en cours de finalisation. Mais on devrait tenir une heure et demie.

Little Town Festival, Cramans (47° 00′ 42″ nord, 5° 46′ 34″ est) samedi 5 août.