Le Miradole répond à Sophie Garnier… ou presque

Le Miradole a interviewé Sophie Garnier pas plus tard qu’il y a pas très longtemps. La désormais célèbre mais toujours aussi locale animatrice des réseaux sociaux a tenu à renverser la vapeur et donc voilà une interview réalisée en off et copier-coller. Micro! enfin… ciseaux!

SOPHIE GARNIER.- D’où vous est venue l'idée du Miradole ?

LE MIRADOLE.- J'aime pas les questions cons et plates.

SOPHIE GARNIER.- Plus de 1000 personnes vous suivent sur Facebook, et pourtant très peu de likes et de réactions à vos posts.  Comment l’expliquez-vous ?

LE MIRADOLE.- Regardez les likes. Mon record, c'est quand même ces deux cons de goélands et une blague pas géniale mais que tout le monde a compris.

SOPHIE GARNIER.- Gandalf (NDLR: un nom d’emprunt pour le barbu le plus mystique du pays dolois) et moi sommes des fans assidus, c'est donc mauvais signe pour les autres ?

LE MIRADOLE.- Les gens comme vous ne sont pas légion !

SOPHIE GARNIER.- Peut-être que si vous faisiez des articles sur le retour du Mont d'Or ou sur la convivialité de la raclette un soir d'hiver dans un chalet entre amis, vous auriez plus de succès ?

LE MIRADOLE.- Je suis sensé préparer des tomates farcies. Ça intéresse quelqu’un vous croyez?

SOPHIE GARNIER.- Tous ces personnages au travers desquels vous faites passer vos coups de gueule et vos réflexions, c'est simple à gérer ?

LE MIRADOLE.- J’oublie parfois de me déloger et je me perds dans mes avatars .... d'ailleurs là, c'est (NDLR: floutage de gueule)

SOPHIE GARNIER.- Quand vous ne faites pas d’interviews inutiles ou de vannes que peu comprennent, comment occupez-vous votre temps ?

LE MIRADOLE.- Je fais un cours sur la pudeur à des apprentis de l’industrie qui matent des films cochons pendant le week-end.

SOPHIE GARNIER.- Si vous deviez interviewer Laurent Nougarede, comment vous y prendriez- vous, surtout après l'avoir surnommé "le chanteur à grosse poitrine" ?

LE MIRADOLE.- Une belle âme avec qui j'ai d'ailleurs joué au baby foot humain il y a plus de dix ans à Monte-Carlo ! Je vise l'humilité et la modestie... je vais essayer de lui demander le secret de sa voix et des questions sur la sensualité des paroles. Ça va être chaud. Yves va balancer des photos, je pense.

SOPHIE GARNIER.- Vous avez participé à la marche des insoumis à Paris samedi dernier 23 septembre. Alors, 150 000 ou 30 000 personnes ?

LE MIRADOLE.- J'ai défilé avec Pikachu et des forains ! Du coup, j'ai joué mon Trotsky !

SOPHIE GARNIER.- Ca fait plusieurs fois que mon nom apparait dans vos articles, y a-t-il une raison particulière ?

LE MIRADOLE.- Je n’ai pas la réponse... ça m'a déjà fait ça avec une 504. Le courant se perdait dans le moteur. J'ai rien compris.

SOPHIE GARNIER.- Quel est le rapport ?

LE MIRADOLE.- On inaugure une nouvelle façon de communiquer : comme on répond toujours à côté de questions qu'on se pose, ça finit par tomber juste au moment où on s'y attend le moins.