Baxter Dury sans oublier Ian

On est nombreux à avoir découvert Ian Dury en pleine vague punk. On a tous été aussi nombreux à avoir été surpris de retrouver la voix de Sex and drugs ans rock’n’roll ou Wake up chez le fils de son diable de père. Baxter s’est fait un prénom au long de trois albums très personnels. Le quatrième en date sort aujourd’hui même. France Inter a eu le nez creux: Baxter Dury a donné un show case en direct à 20h00 ce jeudi 26 octobre (réécoutable sur le site). Hormis un dérapage sur Uber, le set était parfait. L’album l’est tout autant: minimal, pas de gras, direct. Il fait la part belle aux choristes, contrepoint gracieux à cet accent cockney roulayant. Okay, le mot n’existe pas mais on n’a pas trouvé mieux. Petites mélodies faussement simplettes ou monologues intimes. Basse sautillante qu'on dirait empruntée aux Blockheads et ambiances funky, jazz ou ska font le reste. Et comble du bonheur, la plupart des titres sont courts. Prince of Tears est parti pour tourner en boucle pour la journée. Et si vous ne connaissez pas les Dury, allez faire un tour sur la discographie familiale. Vous ne serez pas déçus.