Bibliquement vôtre !

On sort à peine du dernier spectacle de Yannick Jaulin à la fabrique et faut qu’on vous dise avant que j’oublie: allez-y! M’ame Boccard a dit qui restaient queq’ places. Alors vous privez pas! Le show vaut le détour et le prix du fauteuil. Jaulin s’attaque aux deux testaments à la fois, l’ancien avec la Genèse, l’Adam, le Moïse et le Salomon et sa Reine de Saba, Bob Marley et les Rastas. Le conteur va aussi piocher dans les Evangiles, la petite histoire de la Vierge, la Trinité et tout le toutim. De fil en aiguille, il raccommode des bribes de récits, ces récits qu’ils respectent même s’il les met un peu à mal avec une Annonciation finale, pas piquée des bénitiers. Avec un art consommé de la transition qui fait passer pour naturel le grand saut du coq à l’âne, Jaulin nous livre sa version de la foi, du besoin de croire ancré dans la plupart d’entre nous. Croyant ou mécréant, on rit beaucoup car Jaulin ne stigmatise personne si ce n’est le secrétaire du parti socialiste, les nouveaux prosélytes de l’église néolibérale et les protestants américains fondamentalistes à qui faudrait ligaturer les « trumps ». Petite mention au passage pour la musicienne qui accompagne le comédien et qui donne un élan de spiritualité supplémentaire à certaines envolées. Bref, Noël arrive, ce Noël païen de la surconsommation aveugle où on gave les ouailles à coup de spots publicitaires et d’animations commerciales.  « Comme vider la mer avec une cuiller » est là pour nous rappeler qu’on n’a qu’une seule vie pour lui trouver un sens. A la Fabrique, ce vendredi 22 décembre, à 20h30, pourrait bien y avoir quelques jalons et balises, au milieu du rire et du divertissement. On ne recommande pas forcément aux ados car y a pas mal de références bibliques mais toi que le grand mystère de la foi rend perplexe, viens avec ta bonne volonté et ton âme d'enfant car Jaulin parle un langage du tout un chacun qui va droit au peuple et l’élève.

Tarifs de 21 à 14 euros, réservations: 03 84 86 03 03.