Ça chauffe à la Vieille Loye!

Stéphane Haslé est en forme. Alors on lui tend le micro: "La philosophie a rarement abordé directement la question du sexe. Néanmoins, on ne peut pas dire non plus qu’elle l’ait ignorée délibérément. Souvent associé à la thématique du corps, le sexe a été associé à l’animalité, la naturalité et, selon les auteurs, aux jugements (et quelquefois aux condamnations) portés sur ces objets. Après avoir rappelé certaines de ces approches, nous essaierons de préciser les problèmes que l’être humain rencontre du fait de sa sexuation. En particulier, nous nous interrogerons sur l’inquiétude que le sexe fait naître quand il s’agit de répondre à la question : Qui suis-je ? Comme si le sexe menaçait l’identité personnelle de chacun à travers les désirs et fantasmes inattendus et involontaires qu’il produit en nos consciences, ainsi que les actions qu’il induit parfois. Bref, il faudra se demander si le sexe nous interdit, ou non, de viser ce qui est le but constant de la philosophie : la sagesse." Tout est dit!